Ivresse

L'ivresse ou l'ébriété correspond à un état d'exaltation correspondant à une excitation intellectuelle et physique, une irritabilité de l'humeur ou une incoordination des mouvements le plus souvent dû à une ingestion massive d'alcool ou d'une autre substance toxique,...



Catégories :

Abus d'alcool

Infirmerie d'un concert de rock, salle de dégrisement

L'ivresse ou l'ébriété correspond à un état d'exaltation correspondant à une excitation intellectuelle et physique, une irritabilité de l'humeur ou une incoordination des mouvements le plus souvent dû à une ingestion massive d'alcool (éthanol) ou d'une autre substance toxique, pouvant entraîner à terme une inconscience prolongée.

L'ivresse alcoolique est à distinguer de la narcose du même nom, avec laquelle on la confond fréquemment.

Paradoxalement, la recherche de l'ivresse et la non-atteinte absolue de cette ivresse est le graal de la personne qui boit et en fait sa jouissance, quelles qu'en soient — au moins sur le moment de cette ivresse — les conséquences qui, alors lui importent peu.

Dans le langage familier, le terme connaît une acception plus large : on peut parler surtout d'ivresse du pouvoir, ivresse de l'argent, ivresse du jeu etc., puisque cet état d'excitation typique n'est pas uniquement lié à la prise de substances mais plutôt à la production d'hormones (endorphine par exemple) par le corps suite à la prise de ces substances, production qui peut être induite par d'autres processus tels que les émotions fortes, la danse, la transe ou le jeûne.

Ivresse alcoolique

Le terme ivresse sert à désigner une intoxication plus ou moins aiguë due à l'ingestion d'alcool (vins, bières, alcools dits «forts») par une personne qui s'en trouve intoxiquée. Celle qui en est de manière chronique sera désignée comme «alcoolique» et plus familièrement comme «ivrogne» ou «pochtron», «poivreau», «alcoolo» et divers autres termes ambigus. Le fait d'être sous l'emprise de l'ivresse alcoolique se sert à désigner fréquemment par l'expression «être bourré».

L'ivresse alcoolique peut se définir suivant trois phases successives :

Cet état léthargique peut quelquefois évoluer en coma éthylique : le stade de l'ivresse lui-même est alors dépassé et on parle dans ce cas d'intoxication alcoolique aigu ou pérenne.

Il est particulièrement complexe de donner une indication des dosages d'alcool pouvant correspondre à ces divers états, car les doses sont particulièrement variables selon les individus et selon la plupart d'autres facteurs : état physiologique de la personne (corpulence, antériorité, histoire), son état affectif, son but vital, la corroboration de l'ambiance sociale.

Suite à l'ivresse survient un état d'épuisement, de fatigue plus ou moins douloureux (sur ce point, la forme ingérée de substance alcoolique n'est pas dépourvue d'importance) fréquemment nommé familièrement «gueule de bois», caractérisé par un fort mal de crâne essentiellement lié à une déshydratation de la totalité du corps suite à cette intoxication. Après avoir bu de l'alcool, il faut boire énormément d'eau. En effet, la consommation d'éthanol bloque la production d'hormone antidiurétique, la production d'urine étant de fait plus importante que l'apport en eau.
Les symptômes de la «gueule de bois» sont :

Diverses conceptions culturelles liées à l'ivresse due à l'alcool

Énormément de religions découragent, modèrent ou interdisent la consommation de l'alcool éthylique.

L'église catholique n'interdit pas l'alcool : elle en modère l'usage par l'outre-passage à l'ivresse matérielle, car le sang du Christ est vin et le vin n'est pas, par essence, dépourvu d'ivresse cosmique.

Les bouddhistes s'abstiennent de consommer de l'alcool pour éviter de nuire involontairement à d'autres (caractéristique de l'ivresse dite «irresponsable» : prétexte d'ivresse alcoolique pour faire n'importe quoi.

L'islam interdit la consommation du vin et d'alcool généralement : «Ils t'interrogent sur le vin et les jeux de hasards. Réponds : "Dans chacun d'eux, il y a un grand pêché et quelques avantages pour les gens ; mais dans les deux, le péché est plus grand que ne l'est l'utilité"» (Sourate 2 verset 219). Selon ses critères, comme dans le bouddhisme, l'islam évite toute nuisance susceptible d'atteindre à l'intégrité d'autrui, tout autant qu'à soi même.

Énormément de sociétés ont des stéréotypes culturels liés à l'ivresse. Certaines considèrent la capacité à boire de grandes quantités d'alcool comme digne de respect, comme une marque de virilité ou de tempérament fort, principalement définis selon les critères masculins. Cette mentalité est d'ailleurs spécifiquement répandue en France. Dans les sociétés occidentales, le fait de refuser de consommer de l'alcool au cours d'une ambiance festive (bar, soirée, etc. ) peut, quelquefois, être perçu comme une façon de «casser l'ambiance». Cette attitude peut mener à l'alcoolisme par mimétisme et faiblesse de détermination.

Remèdes contre la «gueule de bois»

De nombreux remèdes et coutumes existent pour tenter de contrer la «gueule de bois». En Grèce antique, on pensait qu'il suffisait de mettre un morceau d'améthyste dans le verre ou dans la bouche tandis qu'on buvait pour empêcher l'ivresse ; le nom de la pierre vient de «a-methyst», qui veut dire «non intoxiqué». Il fait partie des nombreux remèdes qui ne fonctionnent pas, la majorité ayant pour effet d'aggraver la situation. L'un des meilleurs exemples est le café. Même si celui ci rend la personne plus lucide grâce à ses propriétés excitantes, il accélère l'absorption de l'éthanol par l'estomac, et cause par conséquent toujours davantage de «dégâts». Puisque le mal de tête génèré par une consommation excessive d'alcool est dû à la déshydratation, le meilleur des remèdes consiste à s'hydrater en buvant énormément d'eau ou un bouillon pour compenser la perte des minéraux. Le foie éliminant l'alcool a raison de 0.1g/h, il faudra aussi attendre.

Législation

De nombreux pays possèdent une législation qui imposent une règlementation de la vente et de l'approvisionnement en alcool, incluant fréquemment une restriction pour les personnes de moins 18 ans (16 ans ou 21 ans dans quelques pays) ou pour les personnes manifestement ivres.

De nombreux pays possèdent une législation plus ou moins sévère réprimant l'ivresse sur la voie publique, au volant ou les deux.

Ivresse cannabique

L'ivresse cannabique a été décrite par Moreau de Tours (un aliéniste) en 1845 ; comme l'ivresse alcoolique elle fluctue selon la quantité de produit consommée et de la physiologie propre de la personne.

Elle se définit par quatre phases successives :

L'état confusionnel est fréquemment reconnu comme étant le stade de l'ivresse elle-même. S'il dégénère en bad trip, il est fréquemment accompagné de signes cliniques comme nausées, maux de tête ou vomissement. On parle alors d'intoxication aiguë au cannabis.

Autres types d'ivresse

Si une ivresse résulte de l'absorption d'un produit, elle présente le plus souvent des signes caractéristiques au produit absorbé.

On peut surtout citer :

Voir aussi

Bibliographie

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Ivresse.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu