Dextrométhorphane

Le dextrométhorphane est un analgésique, utilisé comme médicament contre la toux. Il est aussi détourné de son usage médical pour ses effets psychotropes à forte dose et, est alors fréquemment dénommé DXM.



Catégories :

Principe actif - Hallucinogène - Amine - Méthoxybenzène

Dextrométhorphane
Structure du dextrométhorphane
Structure du dextrométhorphane
Général
Nom IUPAC ent-3-méthoxy-17-méthylmorphinane[1]
No CAS 125-71-3
Code ATC R05DA09
Apparence poudre cristalline et blanche
Propriétés chimiques
Formule brute C18H25NO  [Isomères]
Masse molaire 271, 3972 gmol-1
C 79, 66 %, H 9, 28 %, N 5, 16 %, O 5, 9 %,
Données pharmacocinétiques
Métabolisme hépatique
Demi-vie d'élim. 3-6 heures
Considérations thérapeutiques
Voie d'administration Oral
Caractère psychotrope
Catégorie Hallucinogène
Mode de consommation Ingestion
Autres appellations DXM, DM
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

Le dextrométhorphane (ou isomère dextrogyre de lévométhorphane) est un analgésique, utilisé comme médicament contre la toux. Il est aussi détourné de son usage médical pour ses effets psychotropes à forte dose et , est alors fréquemment dénommé DXM.

Historique

Le dextrométhorphane est utilisé pour soigner la toux, pour la première fois en 1958 aux États-Unis puis dans le reste du monde. Au départ présenté en comprimé, le produit est retiré de la vente en 1973 aux États-Unis du fait de son usage détourné.

Le médicament réapparait en 1977 sous forme de sirop, plus complexe à ingérer en grandes quantités. Seuls quelques amateurs continuent à l'utiliser de manière détournée durant les années 1980-1990.

Plusieurs cas de décès (essentiellement aux États-Unis) sont imputés à la consommation récréative du dextrométhorphane.

Chimie

Le dextrométhorphane est utilisé sous forme de sel de bromohydrate de dextrométhorphane (C18H26BrNO, H2O / masse molaire = 303.7 g/mol), poudre cristalline, blanche, soluble dans l'eau et dans l'éthanol. Son point de fusion est à peu près de 125 °C avec une décomposition de la substance [1].

Le dextrométhorphane est un analogue de la codéine. [2]

Pharmacologie

À fortes doses, c'est un anesthésiant dissociatif.

Le DXM, une fois dans l'organisme est partiellement transformé par une enzyme en DXO. Le DXM et le DXO sont l'ensemble des deux psychoactifs avec des effets comportant des différences. L'enzyme est inactive dans un très faible pourcentage de la population chez qui seul le DXM agit. Les effets sont plus longs et différents.

Usage médical

Il est utilisé comme médicament antitussif.

Posologie

À faibles doses, soit entre 15 et 20 mg, le dextrométhorphane peut élever le seuil de la toux et ce, pour quatre à six heures. Il est aussi envisageable de prendre une dose un peu plus grande, soit près de 30 mg pour avoir un effet de quatre à six heures. Cependant, il ne faut normalement pas dépasser 120 mg par jour.

En ce qui concerne les enfants, la dose recommandée est de 0, 2 à 0, 4 mg par kilogramme par dose (au quatre à six heures) avec un maximum de 60 mg par 24 heures.

Il faut être vigilant quand on tente d'inhiber la toux. Théoriquement, c'est un réflexe pour dégager les voies respiratoires. Quand ce réflexe est inhibé, l'ensemble des sécrétions se retrouvent dans les poumons, bronches et trachée. Il est recommandé de prendre le dextrométhorphane plutôt en fin de journée, pour laisser le temps à l'organisme de chasser les sécrétions de l'organisme.

Interactions médicamenteuses

Le dextrométhorphane réagit avec d'autres médicaments, soit les IMAOs, la paroxétine, la fluoxétine, la sélégiline et la quinidine.

La fluoxétine (Prozac©) est un inhibiteur du cytochrome P450 2D6 et le dextrométhorphane est métabolisé par ce cytochrome. Par conséquent la métabolisation n'a tout simplement pas lieu et il peut y avoir une accumulation dans le corps et une toxicité est envisageable.

Quand le patient consomme de tels produits, il est conseillé de se diriger vers le chlophédianol, commercialisé sous le nom de Ulone.

Usage détourné et récréatif

Le dextrométhorphane est contenu en petite quantité dans des sirops contre la toux.
Certains usagers absorbent le sirop en importante quantité dans l'objectif d'obtenir un effet psychotrope. Quelques décès ont été liés à la consommation de grandes quantités de sirop contenant du dextrométhorphane.
D'autres usagers tentent d'extraire le dextrométhorphane du sirop, avec un procédé assez simple.

La combustion du dextrométhorphane en présence d'oxygène produit des substances hautement toxiques, les amateurs de free base-DXM parachutes par conséquent (Le fait d'envelopper le DXM (ou tout autre substance/drogue) dans un mouchoir jetable) fréquemment la substance pour pallier ceci. Certains utilisateurs ont peut-être tenté la vaporisation mais il n'y a aucune information précise à propos de cette méthode, et avaler le DXM reste le moyen le plus employé (certains usagers sniffent le DXM hydrobromide, mais cette méthode est peu répandue car douloureuse).

Interactions

L'utilisation combinée de dextrométhorphane avec d'autres produits peut être dangereuse, surtout avec les inhibiteurs des monoamine oxydases (IMAO), un groupe d'antidépresseurs.
Ainsi, un usager ayant consommé des IMAOs dans les quatorze jours précédant la prise de dextrométhorphane s'expose à des interactions dangereuses.

Ces effets peuvent induire un syndrome sérotoninergique qui potentialise les effets du MDMA en cas de consommation combinée.

Effets et conséquences

Les effets psychotropes comprennnent une désorientation spatio-temporelle, des sensations d'extra-corporalité, une incoordination motrice, des hallucinations. [2]

Les effets physiques peuvent induire des nausées, des vomissements, une hyperthermie, des démangeaisons cutanées. [2]

L'intoxication aigüe se traduit par une hyperexcitabilité, anxiété, nystagmus, dépression respiratoire, tachycardie, coma toxique. [2]

D'après les amateurs de dextrométhorphane, l'expérience est divisible en quatre paliers différents[3]. Les dosages pour chaque palier (plateau) dépendent du poids de la personne.

Réalité de terrain

Les usagers le rencontrent fréquemment involontairement sous la forme d'un comprimé le plus souvent vendu comme du MDMA. [2]

Législation

Selon les pays et la forme (gélule, comprimé ou sirop), la vente de dextrométhorphane est libre en pharmacie ou sur ordonnance.

En France, au Canada et en Belgique, la vente en pharmacie est libre.

En France, le dextrométhorphane n'est pas reconnu comme stupéfiant[4].

Molécules voisines

Du fait de son caractère d'anesthésiant dissociatif, il induit des effets psychotropes, identiques à ceux induits par la kétamine ou le PCP.

Références

  1. Pharmacopée européenne 5.0 - 01/2005
  2. Michel Hautefeuille, Dan Véléa, Les drogues de synthèse, Presses Universitaires de France, coll. «Que sais-je ?», 2002 (ISBN 2-13-052059-6)  
  3. (en) DXM FAQ - The DXM Experience
  4. liste des stupéfiants - réglementation française (AFSSAPS)

Voir aussi

Liens externes

Bibliographie

  1. (en) Bem JL, Peck R. Dextromethorphan. An overview of safety issues. Drug Saf. 1992;7 :190-199.
  2. (en) Otton SV, Wu D, et al. Inhibition by fluoxetine of cytochrome P450 2D6 activity. Clin. Pharmacol. & Therapeutics. 1993;53 :401- 409.
  3. (en) Zhou GZ, Musacchio JM. Computer-assisted modeling of multiple dextromethorphan and sigma binding sites in guinea pig brain. Eur. J. Pharmacol.. 1991;206 :261-269.

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Dextrom%C3%A9thorphane.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu